FR CR
  HOME  |  PRESS  |  CONTACT  


HOMMAGE


PHILLIPPE OHSAN, LE GRAND MAESTRO

Fils cadet d'un père et d'une mère chanteuse, Phillippe Ohsan semblait destiné à une carrière de musicien. A 16 ans, il forme avec des amis à Beau-Bassin un petit orchestre de danse, le 'Plaza Orchestra', qui joue avec l'orchestre du 'Cinema des Familles' qui donne un accompagnement musical aux films muets de l'époque. En 1935, il se met au service de la Police où, tour à tour, il est affecté aux différentes branches de la police (sauf l'unité des investigations). Par la suite, il est muté au 'Jewish Detreainee Camp' avant d'échouer à l'orchestre de la police en 1946. Deux chefs d'orchestre successifs démissionnent de leurs fonctions. Personne d'autre ne postule. Phillippe Ohsan, qui a déjà des connaissances administratives et musicales se voit, donc, confier la direction de l'orchestre. Suite à l'intervention du gouverneur anglais Mackenzie Kennedy, le nouveau chef d'orchestre va suivre des cours de musique d'une durée de 18 mois à la 'Royal Military School of Music' au Royaume-Uni. Mais le jeune chef d'orchestre fait vite son apprentissage et au bout de dix mois, il rentre au bercail après avoir brillamment réussi aux examens de chef d'orchestre. Il se classa second.

Un des anciens orchestres de Phillippe Ohsan
Un des anciens orchestres de Phillippe Ohsan

En 1951, l'orchestre a son quatuor à cordes et son 'Bag Dance Band', son 'Pop Band' et son 'Séga Band'. L'orchestre de la police devient la formation la plus populaire du pays. Les musiciens font le tour des bals et autres soirées et donne aussi des auditions publiques. Phillippe Ohsan évoque avec nostalgie, le 'Golden Age' de l'orchestre où l'enthousiasme des musiciens etait le maître-mot. "C'est cela qui a fait le succès de l'orchestre de la police", nous dit Phillippe Ohsan. Ce dernier voulait faire du séga, une forme musicale reconnue. D'ailleurs, 50 ans de cela, des disques de Serge Lebrasse étaient enregistrés avec la complicité des musiciens de l'orchestre de la police.

Dictionnaire ambulant vivant de mélodies, Phillippe Ohsan, à 90 ans, reste un mélomane pur et dur qui voue une fidélité sans bornes à la musique. Mais pour le maestro "c'est sa passion de servir la musique" qui le tient debout.

  - news
  - cultural outlook
  - messages
Developed by DDR